Bienvenue

Rejoignez la communauté Voyageurs du Code et participez à la diffusion de la culture numérique pour tous et par tous !

Une initiative de

Soutenue PAr

popup laliguepopup thales keyrus logo fondation HD
Revenir à la liste des articles

Interview de Jean-Edouard, qui amène ses filles à un atelier !

Publié par Isaline A.

Success Story
articleblogbelgique

Jean-Edouard a proposé à ces filles un atelier Voyageurs du Code en Belgique : " Je pense qu'il est intéressant qu'elles puissent gratter un peu la surface d'un outil qui fera parti intégrante de leur vie. Par ailleurs, C'est probablement une gymnastique d'esprit intéressante que d'apprendre à comprendre un algorithme, d'en créer, de réfléchir à la manière d'économiser des lignes de code etc. "

Comment as-tu découvert le projet Voyageurs du Code ?

Je développe un projet dans un incubateur et Camille qui gère les voyageurs du code à Bruxelles y travaille également. Cela faisait longtemps que j'avais envie que mes filles puissent bénéficier d'une initiation au codage mais de manière fun. J'avais déjà entendu parler d'un organisme qui faisait cela le week-end ( Incompatible avec notre logistique familiale).

Comment ou pourquoi as-tu décidé de proposer l'animation à tes filles ? 

Nous sommes dans un monde où l'informatique est omniprésent. Il le sera encore plus à l'avenir. Est-ce un bien ou un mal ? Peut-être un peu les deux. Je pense qu'il est intéressant qu'elles puissent gratter un peu la surface d'un outil qui fera parti intégrante de leur vie. Par ailleurs, C'est probablement une gymnastique d'esprit intéressante que d'apprendre à comprendre un algorithme, d'en créer, de réfléchir à la manière d'économiser des lignes de code etc.  


Comment ça s'est déroulé ? Quels sont les retours que tu as eu en rentrant à la maison ? 

Je ne voulais pas imposer cette initiation mais j'ai dû tout de même insister et ruser un peu pour qu'elles acceptent de venir. Je leur avais « vendu » une formation pour apprendre à jouer avec un "jeu de codage" (scratch). Cela a duré deux heures. Je scrutais de loin le déroulement de l'atelier. Durant les 30 premières minutes, je les voyais apparemment assez passive, écoutant les deux animateurs. La deuxième partie de la formation semblait être nettement plus pratique et visiblement plus ludique. En rentrant à la maison, je m'attendais à ce qu'elles me disent que c'était comme l'école Mais leur perception a été toute autre. Et même la première partie (théorique) a été visiblement donnée de façon très vivante (algorithmes de la cuisson des spaghettis). J'ai ensuite été surpris de voir que le soir même, au lieu de regarder Cyprien ou de jouer en ligne à "Animal Jam", elles étaient en train d'essayer de "coder" un jeu sur scratch. Un voisin de leur âge à qui elles ont montré leur réalisation m'a demandé si il pouvait participer également à cette formation. Sa motivation : « j'ai toujours rêvé de pirater un ordinateur... ». Chacun son truc... Le soir, en se couchant, mon aînée m'a dit qu'il y avait qqch qui ne fonctionnait pas dans son jeu mais qu'en y réfléchissant, elle pensait avoir la solution. Le lendemain matin, elle m'annonçait fièrement que sa solution avait fonctionné : elle s'était levée plus tôt pour « débuguer » son « jeu ».  


Qu'est-ce que tu en penses ? 

L'expérience était très positive. Elles en redemandent et sont toutes les deux très motivées à l'idée de continuer ces formations. Elles étaient également très motivées par l'idée d'utiliser par la suite des robots. En route vers la parité hommes femmes dans les métiers plus techniques ? #girlpower.

Publiez votre article

Vous souhaitez raconter une expérience d'atelier ? Vous avez découvert un nouvel outil d'apprentissage du code révolutionnaire ? Vous avez testé une nouvelle fiche activité ? Un de vos participants est devenu un as de la programmation ? Votre club a remporté un hackathon ? Vous voulez immortaliser votre dernier apéro VDC ? Partagez-le avec l'ensemble de la communauté !

Publiez un article